[Test] Blood Stone 007

Publié le par Radus

Son nom est Bond, James Bond. Héros de livres signés Ian Flemming adaptés en films, l’agent le moins secret de Sa Majesté est devenu une véritable marque bankable. Les produits dérivés se succédant, les jeux vidéo n’ont pas tardé à suivre. Si le mythique GoldenEye 007 est resté dans les mémoires, quelques autres titres signés EA avaient su tirer leur épingle du jeu avant que la licence ne soit récupérée par Activision. Ces derniers nous présentent le deuxième rejeton sur PS3 et Xobx 360, Blood Stone 007.

 

Bloodstone.jpgPlus proche du mythe ou de la mite?

Il faut bien avouer que la dernière incursion de Mister Bond sur les consoles current gen ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable. Qunatum of Solace, adaptation des derniers opus en date, Casino Royale et Quantum of Solace, s’était montrée bien limité. Ce FPS semblait en effet avoir été réalisé à la va-vite. Comme le film dont il partageait le nom, en somme. Activision ayant réservé la primeur de son remake de GoldenEye aux joueurs Wii (enfin à ce moment-là), le géant se devait de proposer quelque chose aux joueurs PS3 et 360. Le Bond 23 tardant à pointer le bout de son nez, l’éditeur de Call of Duty a fait le choix du scénario original. Une entreprise que l’on n’avait plus vu depuis le très bon Quitte ou Double, dont il adopte d’ailleurs la vue TPS. On retrouve donc Bond empêchant un attentat à la bombe en marge d’un sommet du G20. Cet acte héroïque effectué, l’espion pensait pouvoir profiter de ses vacances. C’était sans compter sur M, sa supérieure, qui le rappelle pour qu’il parte à la recherche d’un scientifique disparu. Ce petit gars travaillait en effet sur des antidotes à différentes souches de virus. Des recherches dont les applications militaires intéressent fortement nos amis les terroristes internationaux. Un scénar on ne peut plus classique pour un James Bond, et qui va donc s’appuyer sur les éléments caractéristiques de la série : les filles, les destinations exotiques, les voitures et les gadgets.

 

Fait péter les miles, mais en finesse.

Pour ce qui est des James Bond girls, Bond, dont les traits et la voix (en VO) sont fournis par Daniel Craig, devra se contenter, en sus de M (campée par l’excellente Judi Dench), de Joss Stone. La jeune chanteuse/actrice prête ainsi ses traits au contact du MI-6 à Monaco, Nicole Hunter (et interprète le thème du générique bondesque au passage). Et il faut bien avouer que, comme pour Craig et Dench, le résultat est plutôt satisfaisant. Sans être au niveau d’un L.A. Noire, la modélisation et l’animation des visages sont bonnes. Sans doute bien plus convaincantes que la technique générale du titre, assez neutre dans l’ensemble. Cette dernière aura d’ailleurs bien du mal à être transcendée par la direction artistique. En effet, même si Bond va encore une fois voir du pays (dans le désordre : Monaco, Burma, la Sibérie, la Turquie, Bangkok,…), on aura bien du mal à trouver une âme à l’ensemble. Seuls les derniers niveaux se montreront, bizarrement, assez inspirés et même jolis. Âme ou non, tous ces lieux seront l’occasion pour Bond de mettre en pratique ses dons d’espion. On remerciera d’ailleurs les petits gars de Bizarre Creations d’avoir mis l’accent sur la furtivité. Ce bon James pourra ainsi se cacher dos à des éléments du décor pour surgir et assommer ses opposants une fois qu’ils auront le dos tourné. Chacune de ces éliminations au corps-à-corps octroiera à Bond la possibilité d’un tir hyper-précis dont il a le secret et qui seront utiles dans les fusillades plus « directes » ou pour éliminer les ennemis qui se placent sur la route de 007 pendant une poursuite à pied. Un système qui ressemble énormément à celui de Splinter Cell – Conviction.  Ceci dit, on ne s’en plaindra pas : tant qu’à faire, autant singer le gameplay d’un bon jeu. On pourra par contre regretter la présence de cette VF où chaque acteur semble moins convaincu que le précédent. Dommage quand on sait que la VO était d’assez bonne qualité.

 

Vitesse et AppStore

Si les phases à pied se révèlent tout à fait satisfaisantes et au final bien équilibrées, elles ne constituent qu’une grosse partie du jeu. Les développeurs, bien habitués aux jeux de course car ayant œuvré sur les Project Gotham, ont mis un point d’honneur à proposer des phases en véhicules de qualité. Et que ce soit au volant d’un hors-bord, des Aston Martin DB5 et V12 ou d’une simple dépanneuse, ces intermèdes motorisés se révèlent bien sympathiques et jouables. On pourra peut-être leur reprocher une profusion d’effets visuels (explosions et autres) qui rendent parfois l’action difficilement lisible, mais la mise en scène qui induit lesdits effets est diablement efficace, faisant de la conduite de ces joujoux un vrai petit plaisir. Ils ne seront par ailleurs pas les seuls gadgets utilisés par Bond. On oublie néanmoins la ceinture-grappin, la montre laser/fax ou le slip parachute. Aujourd’hui, la division Q a trouvé mieux : l’iPhone. Grâce à son smartphone, Bond peut en effet localiser les éléments interactifs, les armes, les bouts de décors explosifs, le kébab le plus proche mais aussi les ennemis et à identifier leur arme. Une application bien pratique, puisqu’elle marche aussi à travers les murs, et rappelle le fameux mode détection de Batman Arkham Asylum. Mais là encore, quand l’inspiration est prise sur de bons jeux, on ne se plaindra pas. Un autre gadget sera par contre beaucoup moins enthousiasmant : le multi. Ce dernier se montre en effet parfaitement anecdotique et donc dispensable. C’est bien dommage quand on sait que les multis de TPS comme Uncharted et Assassin’s Creed – Brotherhood sont tout à fait sympathiques.

Au final, ce Blood Stone 007 est une bonne surprise. Sans révolutionner le genre, il réutilise assez bien des éléments d’autres jeux à succès. Doté d’une durée de vie solo d’environ 7 heures, le titre de Bizarre est plaisant à parcourir, et présente une histoire toute James Bondesque, faite de voyages, de trahisons, de poursuites irréalistes et de combats au corps à corps Jason Bourniens depuis l’ère Craig. Au prix actuel du jeu (aux alentours de 20€), les fans de 007 auraient tort de s’en priver. Pour les autres, il pourra constituer une bonne pioche en période creuse.

 

 

Points positifs

- L’accent mis sur la furtivité ;

- Les phases en véhicules bien mises en scène ;

- Le côté bien équilibré du solo ;

- La jolie direction artistique des derniers niveaux ;

- Une histoire typiquement Bondesque…

Points négatifs

- … avec tout ce que ça comporte de prévisible ;

- La réalisation d’ensemble très neutre ;

- Le doublage français assez peu convaincant ;

- Le multi en carton.

 

Publié dans Tests-Preveiws

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article