Sale temps pour les développeurs - Episode II : Bodycount m'a tué

Publié le par Radus

L’hécatombe continue parmi les employés de studio de développement. Après 2K Czech et Team Bondi, c’est chez Codemasters que la fermeture d’un studio devrait entraîner la perte d’emploi de plus de soixante personnes.

 

Nous l’évoquions il y a quelques temps, certains développeurs devraient bientôt se retrouver au chômage. Le studio 2K Czech (Mafia II, Top Spin 4) fermait en effet ses portes « pour le bien de la société », tandis que la Team Bondi (L.A. Noire), lâchée par Rockstar, peinait à retrouver un repreneur, au point d’être placée en redressement judiciaire. Des situations aberrantes quand on connaît la qualité des productions de ces petits gars. Mais ce genre de mesure peut aussi toucher des personnes dont les productions n’ont pas trouvé leur public et/ou un accueil favorable. Après Bizarre Creations, qui a payé les mauvaises ventes de Blood Stone 007 (pourtant, c’était pas mal du tout), c’est au tour de Codemasters Guilford de glisser la clé sous la porte. La maison-mère aurait été assez mécontente de l’accueil glacial réservé à Bodycount, son FPS néo-bourrin (il faut dire que la démo n’était pas très engageante). Le soft a en effet des moyennes de notes très basses (51/100 pour la version PS3, 53/100 pour la déclinaison Xbox 360, selon Metacritic), et a essuyé de nombreuses critiques. Les quelques 66 employés ne se retrouveront néanmoins pas à la rue tout de suite : Codemasters les encourage en effet à postuler à des postes au sein des autre équipes de développement de la boîte. Une façon de garder des éléments sans doute talentueux, et de ne pas voir un prochain jeu terni par la réputation du studio responsable de l’échec Bodycount.

Publié dans News

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article