Pronostics FIFA 12 #2 : Arsenal - Olympique de Marseille

Publié le par Radus

Pour ce deuxième pronostic FIFA 12, penchons-nous sur le match de Ligue des Champions entre l’OM et Arsenal.

 

Arsenal - OM : 1-1

Buts : Benayoun (90e+3) ; Rémy (45e)

 

Battu un peu bêtement dans les dernières minutes du match aller (0-1), l’OM retrouvait une équipe d’Arsenal qu’il aurait très bien pu accrocher. Une formation qui arrivait bien plus sûre d’elle que lors de la dernière confrontation, ragaillardie qu’elle est par sa victoire sur la pelouse de Chelsea (3-5). Néanmoins, les Marseillais, encore poussifs samedi à Brest (2-3), ne voulaient pas s’en laisser compter, et attaquaient d’entrée de jeu. Lucho trouvait même Rémy dans la surface, mais la frappe de ce dernier était contrée en corner (3e). Piqués au vif, les londoniens répliquaient par une action pleine de panache : Gervinho, à gauche, adressait une transversale parfaite à Walcott, qui centrait alors pour Van Persie seul aux six mètres. Le but n’était empêché que par une parade haut de gamme de Mandanda (5e). Le portier numéro deux des Bleus avait les mains chaudes, et tant mieux pour son équipe. Les occasions allaient en effet s’enchaîner pour les Gunners : Merstesacker, Van Persie et Song voyaient leurs tentatives repoussées par un Mandanda au sommet de son art (10e, 17e, 20e). Une série d’actions qui avait le mérite de réveiller les hommes de Deschamps. Sur le contre, Rémy parvenait à lancer Valbuena dans la profondeur. Malheureusement, le lutin ciel et blanc ne pouvait mener son action à terme. Pire, sur le contact avec Koscielny, l’international s’écroulait et se blessait à l’épaule, forçant son entraîneur à le remplacer par Morgan Amalfitano (21e). Une sortie qui galvanisa les troupes : Lucho testait le gardien avec une belle frappe (25e). Nkoulou s’essayait aussi, de volée, sur le corner suivant, mais butait sur un Szczęsny impeccable. Arteta tentait bien une reprise de la tête (38e), au-dessus, mais l’élan est alors clairement marseillais. C’est donc fort logiquement que Rémy, bien mis sur orbite par Ayew, s’en allait tromper le gardien polonais d’Arsenal, résistant bien au retour de Merstesacker (45e). La première période s’achevait sur un avantage pris contre le cours du jeu (61% de possession de balle pour les Gunners).

 

La deuxième mi-temps allait alors se transformer en authentique attaque/défense. Dès l’entame, Van Persie butait sur un Mandanda toujours vigilant (48e). Arteta tentait lui aussi sa chance à dix-huit mètres, mais ne cadrait pas (51e). Wenger tentait alors de forcer la décision, remplaçant un Walcott – que l’on n’avait plus trop vu depuis son centre pour Van Persie en début de match – par Arshavin. Mais le show Mandanda continuait de plus belle, le portier marseillais bloquant net une tête de Koscielny (54e). Les supporters des Gunners pensaient même obtenir un penalty quand Wilshere s’écroule dans la surface, apparemment crocheté par Cheyrou (64e), mais l’arbitre ne bronche pas. L’OM se contentait lui de balancer de longs ballons facilement renvoyés par la défense. Et Arsenal attaquait de plus belle, par Arshavin (70e) et Van Persie (73e), sans que ces derniers n’arrivent à accrocher le cadre. Sentant ses hommes usés, Arsène Wenger lançait Benayoun dans la bataille, en lieu et place de Song. L’incapacité des Olympiens à garder le ballon servait encore et toujours les joueurs londoniens, qui butaient encore sur Mandanda, qui s’interposait bien sur des frappes de Van Persie (76e) et Wilshere (77e).  On pouvait alors penser que Marseille pouvait enfoncer définitivement son adversaire, notamment quand Amalfitano s’échappe seul à droite, mais tente de centrer trop tard pour un coéquipier dans l’axe, voyant sa passe contrée par un défenseur et captée sans souci par le portier. Alors que Deschamps, trop heureux de la performance qui se profile, ne fait aucun changement, Arsène Wenger tente lui le tout pour le tout en lançant Rosicky en remplacement de Wilshere, rendant sa formule encore plus offensive. On crut d’ailleurs que c’était payant, Van Persie envoyant Benayoun seul au but. Mais une nouvelle fois, « Super » Mandanda était là (90e+1). Ce n’était que partie remise : sur un nouveau service de Van Persie ? Benayoun arrivait lancé et trompait Mandanda du gauche (90e+3). L’arbitre sifflait alors la fin d’un match au final largement dominé par les joueurs d’Arsenal (67% de possession de balle, dix tirs cadrés). Les Olympiens ne sont pas passés loin de l’exploit, mais repartent finalement avec un bon point de l’Emirates Stadium.

 

Glop

La performance AAA de Steve Mandanda. Décrié ces dernières semaines, le portier marseillais a répondu présent en stoppant neuf des dix tirs cadrés de l’équipe adverse. Bien placé, vif, et parfois un brin chanceux, le numéro deux de la hiérarchie française a fait taire les critiques de la meilleure des manières. Si l’OM repart avec un point, c’est clairement à lui qu’il le doit.

 

Pas glop

L’incapacité des Marseillais à faire vivre le ballon. Alors que Lucho, Amalfitano, Cheyrou et Ayew étaient présents, la formation de Didier Deschmaps a eu toutes les peines du monde a construire des actions, ne réussissant de  belles phases de jeu qu’en contre, après la sortie de Valbuena. Les longs ballons dont ont usé et abusé les Marseillais en deuxième mi-temps sont les symboles de ce manque d’inspiration du milieu de terrain. De ce côté-là, l’OM est toujours malade.

 

 

 

 

Publié dans Vidéos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article