Dossier - Les jeux Batman (partie 2)

Publié le par Radus

La sortie du Graal de tout Batmanophile, Batman – Arkham City, approchant à grands pas (le 20 octobre sur PS3 et Xbox 360, le 10 novembre sur PC), il peut être intéressant de (re)découvrir les anciennes adaptations du Dark Knight. Aujourd'hui, deuxième partie : les jeux sortis sur Super Nes et Megadrive.

 

Batman Returns, 1992

Le Batman de Tim Burton ayant été un succès, il était normal de voir débarquer une suite. C’est chose faite en 1991 avec Batman Returns, qui voit le Dark Knight affronter Le Pingouin et Catwoman. Un film d’une telle envergure, que la Warner veut en plus destiné aux enfants (hérésie), il était normal de voir débarquer des adaptations sur toutes les consoles du moment. Pourtant, et comme cela était souvent le cas à l’époque, il y a autant de versions que de consoles disponibles.

 

La version Megadrive

Pour cette mouture, c’est le jeu Batman sorti en 1989 sur Megadrive qui sert de base de travail. Soft de plates-formes/action, ce dernier avait su convaincre les fans par ses graphismes et sa jouabilité soignés. Seule la difficulté pouvait représenter un frein. Les développeurs sont donc partis sur les mêmes bases, nous proposant un titre mêlant acrobaties et castagne. Les graphismes du jeu, sombres à souhait, respectaient parfaitement l’esthétique voulue par Burton, même si les ennemis semblant se téléporter en trépassant étaient légèrement bizarres. Le joueur pouvait en outre utiliser divers gadgets propres au Chevalier Noir pour progresser dans les niveaux. Le jeu se révélait toujours aussi jouable, et même un peu plus simple que le premier Batman. La bande son était elle aussi de bonne facture, livrant ainsi un très bon jeu. Une version Sega CD était également disponible, mouture qui permettait de séparer les niveaux orientés action de ceux où l’on pilotait la Batmobile en « 3D ».

 

La version Super Nes

La mouture de la console de Nintendo prend elle la forme d’un beat them all « multi-plans ». Graphiquement superbe, coloré et bien animé, le titre se révèle également très jouable et doté d’une bande-son de qualité, reprenant avec brio les thèmes de Danny Elfman. Le gameplay s’offrait même un peu de variété, le soft proposant des phases en Batmobile pour illustrer la séquence de piratage du véhicule. Les niveaux, qui reprennent clairement les scènes du films, sont eux-mêmes découpés en plusieurs phases au gameplay différent, puisqu’en plus des passages de beat them all « multi-plans », on compte aussi des moments de shoot sur un seul plan, les batarangs remplaçant les coups de poing. En somme, cette version 2.0 du titre sorti sur Nes est un jeu de haute volée, certainement la meilleure adaptation de ce merveilleux film qu’est Batman Returns.

 

The Adventures of Batman and Robin, 1993, Megadrive

Adaptation de la mythique série animée démarrée en 1992 – plus précisément de la deuxième saison, dans laquelle Robin est bien plus présent –, ce jeu est resté au panthéon des jeux Megadrive. Run and gun nerveux, beau et jouable, il était de plus jouable à deux, l’un des joueurs incarnant Batman tandis que le second prenait le contrôle de son jeune acolyte. Le soft n’est pourtant pas exempt de défaut : le scénario, comme celui de nombreux jeux à l’époque, n’était qu’un prétexte pour justifier la baston. La bande-son ne présentait de plus aucun lien avec celle de la série animée, ce qui est un peu dommage. Néanmoins, la qualité de la modélisation des deux personnages, la nervosité de l’ensemble et son côté jouissif l’emportent. Les quelques phases en véhicules viennent de plus apporter un peu de variété. Un soft difficile, en somme, mais pétri de qualités. La version Sega CD, qui se limitait à un (très beau) simulateur de Batmobile et Batplane, incluait des séquences inédites du dessin animé, formant ainsi ce que beaucoup appellent l’épisode perdu.

 

 

Publié dans Dossiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article