[Cinéma] Supercondriaque

Publié le par Radus

"Ils ont un accent, on comprend pas toujours tout ce qu'ils disent même s'ils sont gentils, c'est trop du lol". Voilà à quoi se résumait Bienvenue chez les Ch'tis pour moi, film que je déteste tout autant pour ce qu'il est (c'est-à-dire une comédie pas drôle et mal jouée par une bonne partie de sa distribution) que pour le succès absolument débile qu'il a eu (vous êtes sérieux ceux qui sont allés le voir pas deux, voire trois, mais dix-sept fois ?!?). A ma grande surprise, j'avais trouvé Rien à déclarer bien plus digeste. Pas excessivement plus drôle, mais au moins avait-il le mérite d'avoir un véritable scénario, ce que BCLC n'avait même pas. Aussi, c'est toujours avec méfiance que je me pose devant un film de Dany Boon, et son dernier-né Supercondriaque en particulier.

 

SupercondriaqueJ'ai tout d'abord un aveu à faire (un deuxième, pour le coup, après la mise au jour de ma haine sans borne pour Bienvenue chez les Ch'tis) : Supercondriaque m'intriguait. Pas pour le scénario mis en avant dans la promo, qui me faisait craindre le pire ("il a l'impression d'être malade/peur de tomber malade, c'est trop du lol"), ni pour sa distribution, qui me faisait elle aussi craindre le pire (Dany Boon et Kad Merad réunis, alors qu'ils sont sans aucun doute deux très bons acteurs séparément, cela fait toujours naître la peur), mais pour son budget. Cette comédie tout ce qu'il y a de plus franchouillarde était en effet dotée d'une enveloppe de 32 millions d'euros, soit trois fois plus que les Trois Frères - Le Retour. Et surtout autant que La Belle et la Bête de notre copinou Christophe Gans, co-produit par le même Jérôme Seydoux, qui a pourtant des ambitions esthétiques bien plus élevées (et que je vous conseille fortement). Qu'allait donc nous sortir le Ch'ti le plus populaire de France avec un budget pareil ? Une autre "comédie" dont il a le secret (donc pas drôle) ? Ou quelque chose d'autre, voire d'autre et de mieux ?

 

Romain Faubert, photographe pour dictionnaire médical style Doctissimo, a tout du jeune homme sympathique : il semble sérieux, avenant, cultivé au point de pouvoir citer des poèmes et a un travail stable. Mais il a un énorme problème : il s'imagine qu'il en a plein d'autres, et en a peur. Le garçon est en effet hypocondriaque au plus haut degré, faisant un malaise au moment de la bise du Nouvel An, achetant les "dernières nouveautés" de sa pharmacie et utilisant du gel hydro-alcoolique pour se désinfecter tout ce qui peut l'être, yeux compris. Une situation qui l'empêche de nouer une relation durable avec d'autres personnes que son collègue de travail, qui semble plus qu'amusé par ses facéties, et son médecin traitant, le docteur Dimitri Zvenka, qui ne le supporte plus. Docteur qui a aussi des problèmes avec sa propre sœur, beaucoup trop impliquée à son goût dans l'aide aux réfugiés clandestins de la patrie d'origine de leur grand-père. Le praticien va alors tenter de pousser son "plus fidèle client" dans les bras d'une femme, espérant ainsi avoir la paix. Ce qu'il ne sait pas, c'est que ladite femme, c'est sa sœur. Voilà où s'arrêtent le trailer et la promotion, qui passent totalement sous silence l'origine du titre et le "sel" du film. En effet, quand Dimitri emmène Romain sur les quais où arrive un énième bateau de réfugiés pour le confronter à la véritable misère, ce dernier est confondu avec le chef de la Résistance qu'il tentait d'aider, et est recueilli comme un héros de guerre par la sœur de Dimitri, alors que notre ami des Pays de l'Est s'installe chez Romain. C'est de là que vient le véritable comique du film, et que finit de s'installer l'exaspération.

On passera sur la parabole politique avortée et les quelques gags qui en découlent, qui font sourire, pour s'attaquer au cœur du problème : Supercondriaque est un film de et pour Dany Boon. Si "l'auteur" avait réussi à nous exempter de ses multiples grimaces et cris sur Rien à Déclarer, il s'en donne ici à cœur joie, pour quelques scènes qui font sourire, là encore (notamment l'ouverture), mais surtout beaucoup qui sont à la limite du supportable. Boon cabotine, joue plus du sourcil que Bruce Campbell (ce qui est quand même un exploit !) et nous gratifie en sus d'une imitation miteuse d'accent des pays de l'Est. Il monopolise l'écran et finit par fatiguer de ses gaudrioles, pas aidé par un Alice Pol assez mal utilisée car affublée d'un rôle de cruche (on va vraiment nous faire croire qu'une fille qui admire un résistant n'a jamais vu une photo d'assez bonne facture pour reconnaitre le gars, qui est apparemment connu hors de son pays ?). C'est d'autant plus dommage que d'autres acteurs, Kad Merad en tête, sont remarquables et arrivent à "contenir" le Dany Boon Show, et que la réalisation tient étonnamment la route, y compris dans la scène d'action finale. On pourra aussi saluer les décors et le côté "ample" de certaines scènes (comme celle des quais avec de nombreux figurants et un bateau mobilisés), choses que l'on attend pas forcément d'une comédie.

 

Et c'est peut-être là qu'est le problème : Supercondriaque n'est pas une comédie extrêmement réussie, le gros du comique reposant sur les gesticulations de Dany Boon et parfois même des saynètes pas franchement utiles (comme Boon qui se jette dans la machine à IRM, qui peut prêter à sourire visuellement, mais n'apport strictement rien). Mais il réussit par contre plutôt bien ce qu'il fait à côté, nous prouvant que le petit Ch'ti serait capable de faire quelque chose de bien plus élaboré que grimacer sans arrêt, a fortiori pour un budget pareil. Un relatif échec sur un tel projet pourrait en effet amener une frilosité des studios vis-à-vis des comédies qui ne sont pas que ça et ont besoin d'argent pour leur "plus" (on peut penser à la trilogie Kaamelott, qui aura sans doute besoin d'un gros budget). Et à plus court terme, la Belle et la Bête aurait bien eu besoin de 10 ou 12 des millions passés par Mr Seydoux à Supercondriaque pour être plus réussi... Alors Mr Boon, c'est encore une fois "non", à... Bah mince, l'année prochaine avec The Ambassadors. Fichtre...

Publié dans Cinéma-Série

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article