[Aperçu] The Darkness 2 (Démo)

Publié le par Radus

Petit aperçu-vidéo sur la démo de The Darkness 2, FPS qui sortira en février. Une vidéo de près de trente minutes qui vous fera découvrir ce jeu somme toute prometteur.

 

Tu ne veux pas lire ? Le pendant vidéo t'attend en bas de l'article ou ici !

 

darkness-2.jpgAdapté d’un comics créé en 1996 par  Marc Silvestri, Garth Ennis et David Wohl, The Darkness avait fait partie des jolis succès de 2007 sur PS3 et Xbox 360, s’écoulant à plus d’un million d’exemplaires. Il faut dire que le titre avait de jolis arguments, parmi lesquels une réalisation soignée (qui aujourd’hui parait bien dépassée), un level design ouvert et, surtout, une ambiance sombre et résolument adulte. Le héros, Jackie, homme de main de la mafia, parait en effet en quête de vengeance suite à l’assassinat de sa petite amie. Pour cela, il pouvait compter sur son habileté dans le maniement des guns et, encore plus important, sur les pouvoirs du Darkness, une entité venue des Enfers qui phagocyte les membres de sa famille depuis des générations et prenait la forme de deux têtes de serpents « montées » sur des tentacules. On retrouve le même garçon deux ans plus tard, alors que ses pouvoirs lui ont permis de devenir un Don de la mafia. Des capacités qu’il a néanmoins décidé de ne plus utiliser, au grand dam de ses ouailles. C’était sans compter un type salement amoché qui est très intéressé par la puissance du Darkness et lance une attaque contre Jackie alors que celui-ci est au restaurant.

 

C’est ainsi que commence la démo. Après une introduction nous mettant dans la peau d’un Jackie crucifié et harcelé par ledit type en mauvais état, nous revivons l’attaque du restaurant et la libération des pouvoirs du Darkness. On remarque dès lors que le jeu se veut beaucoup plus « moderne » dans sa construction : Jackie, blessé à la jambe, est trainé par un sbire et doit éliminer ses assaillants, donnant lieu à une séquence de rail shooter « classique » mais tout de même plus originale que la basique scène dans un bombardier/hélico/voiture. Suite à cette mise en bouche, on se retrouve plus « libre »… dans des couloirs. Oublié le level design très ouvert du premier opus : sans tomber dans l’excès d’assistanat d’un Black Ops, The Darkness 2 propose une progression géographique plus linéaire que son prédecessuer. Ce léger inconvénient est compensé par les mécaniques de jeu. Le héros, non content de pouvoir flinguer quasiment tout ce qui passe avec une ou deux armes de poing – il est même possible d’associer un pistolet-mitrailleur et un pistolet plus traditionnel –, peut aussi utiliser indépendamment l’une de l’autre les tenta-têtes du Darkness. Grâce aux deux gâchettes (LB et RB sur Xbox 360, certainement L2 et R2 sur PS3), le joueur peut fouetter les ennemis et les éléments de décor devant être détruits par ce biais (gâchette et tentacule de droite) et, plus intéressant, utiliser des objets du décor pour frapper les ennemis.

 

Ainsi, chose nouvelle dans la licence, le joueur pourra ramasser ce qui traine dans les ruelles crasseuses pour déchirer la tête des pauvres types en face. On pourra donc joyeusement empaler ces péquenauds avec des parcmètres ou des bouts de ferraille, ramasser les boites aux lettres pour leur jeter dessus, prendre les antagonistes eux-mêmes en « patte » pour leur infliger un finish move bien cradingue ou, gros avantage, arracher les portières de voiture pour vous protéger ou les lancer et ainsi découper en deux les ennemis. Délicieux et défoulant. Puisqu’on parle de découpe de parties corporelles en tout genre, on en profitera pour évoquer l’ambiance générale du titre. Si on passe outre la VF réussie mais qui n’égale pas la VO, le rendu graphique en cel-shading permet aux développeurs de ne pas se soucier d’une « course à l’armement » qu’ils n’ont certainement pas les moyens de gagner, et qui, de plus, sied parfaitement à une adaptation de comics. Rassurez-vous, l’aspect général est très bon et met en valeur l’ambiance très sombre du titre. Car oui, cela va charcler avec, notamment, des bouseux découpés en deux par des portières de voiture, les mêmes types sectionnés de façon verticale (ce qui est bien plus rare) et autre Jackie crucifié et se libérant en « forçant » son pieu. Le tout bouge bien, avec des ennemis pas plus bêtes qu’ailleurs.

 

Au final, cette démo laisse une très bonne impression, ce qui est un mince exploit pour quelqu’un qui, comme moi, ne garde pas un souvenir impérissable d’un premier opus sans doute découvert un peu tard. Si l’avant-gout de solo qui nous est offert laisse espérer le meilleur, avec du gore, du cracra (comme le petit Darkling, qui vient aider Jackie à se défaire de ses opposants et urine allègrement sur les cadavres) et un jeu réussi, on attendra de voir ce que donne le multi, qui était apparemment le gros défaut du premier opus (lag spotted) et dont les professionnels disaient à l’époque qu’il valait mieux s’en passer. Si ledit online est, au minimum, acceptable, et que le solo est aussi sympathique sur la durée que cette démo (le scénario devrait en tout cas tenir la route puisqu'on le doit à Paul Jenkins, qui a longtemps travaillé sur le comics original et sur le premier jeu), on pourrait bien tenir une très bonne surprise.

 

 

Publié dans Tests-Preveiws

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article